Menu

Masthead TITRE DES HAUTS DE PAGE

Ateliers & tables rondes

16 nov. - 09:00  →  09:30

Séance d'ouverture : « habiter la France de demain »

Laurent Girometti, directeur général d’EpaMarne – EpaFrance et François Leclercq, architecte urbaniste, auteurs du rapport sur la qualité du logement, évoqueront la genèse et les étapes de l’élaboration du rapport qui s’inscrit dans la démarche « habiter la France de demain » initiée par Emmanuelle Wargon, Ministre déléguée chargée du Logement.

Le rapport s’appuie sur une mise en perspective historique, une approche comparative avec plusieurs pays voisins et plus d’une centaine d’heures d’entretien avec divers interlocuteurs représentatifs des différents acteurs du secteur (aménageurs, architectes, bailleurs, chercheurs, économistes, élus, juristes, promoteurs…).

Au-delà des propositions constituant le socle d’un référentiel sur la qualité d’usage des logements collectifs, le rapport s’attache également à identifier différents leviers de mise en œuvre permettant des possibilités d’application et d’adaptation plus ou moins fines à différentes échelles territoriales.

En lien avec cette mise en œuvre, il sera question de la prise en compte des nouveaux usages comme le télétravail, des préoccupations actuelles concernant le ralentissement de la construction, de la compatibilité avec les problématiques environnementales et en particulier avec l’objectif de zéro artificialisation nette ainsi que des possibilités de financement des éventuels surcouts engendrés par ces propositions.

16 nov. - 09:30  →  10:30

Société civile et professionnels peuvent-ils anticiper un projet urbain ? Le cas de Beyrouth

Beyrouth expérimente sans doute un urbanisme d’un nouvel âge. A l’ère de la mise en cause des projets urbains par la société civile, coproduire et proposer des pistes pour l’avenir des villes, est à l’ordre du jour. Les situations de crises sont propices à l’invention et à « l’empowerment », source de renouveau pour les villes.
A Beyrouth, en situation de crises successives et extrêmes, hors gouvernance politique, le monde intellectuel et la société civile libanaise se révèlent aussi productives, solidaires et inventives que l’Etat et la Ville sont défaillants Jad Tabet, dans son rôle de président de l’Ordre des ingénieurs et des architectes, a entrepris mais aussi accompagné la mobilisation de la connaissance et la démarche de projet, tout en tentant d'organiser le travail des ONG . Mona Fawaz, docteur en urbanisme à la tête d’une équipe de chercheurs à l’université américaine à Beyrouth a produit en accéléré études et données  mais aussi pistes de projets pour rendre la ville plus  amène, et moins spéculative et  nécessaires. Le débat proposera un échange sur les avancées en termes de données, de concepts, de projets et d’actions de la société civile, pour réfléchir à la manière dont elles peuvent constituer une base pour un projet urbain ambitieux pour la ville, au sens d’une vision de ce que la ville peut devenir, sans oublier les enjeux portuaires majeurs pour la dynamique urbaine souhaitée et le rapport à la mer. Ce projet urbain serait porteur de l’engagement de la société libanaise, et plus tard le cas échéant d’un pouvoir politique, afin de magnifier les atouts inestimables du patrimoine de Beyrouth tant au plan spatial, que social, relationnel, et culturel.

Débat conçu et animé par Ariella Masboungi, grand prix de l’urbanisme

16 nov. - 10:30  →  11:00

Bordeaux : Nové.ha - Lots B127 et B036 de la ZAC Bastide Niel, projet démonstrateur du nouveau label « Bâtiment frugal bordelais »

Legendre Immobilier et ses co-promoteurs Equans à travers sa filiale Aire Nouvelle et Aquipierre ont remporté, le 31 mars 2021, le concours d’attribution de deux îlots situés au sein du nouvel écoquartier Bastide Niel (B127 - B036), à proximité de l’avenue Thiers à Bordeaux (33). Le programme Nové.ha sera particulièrement vertueux sur le plan environnemental grâce à l’efficacité énergétique des bâtiments, aux choix des matériaux et à la conception paysagère. Dessinés par les architectes MVRDV, CoBe et Fabre de Marien, les futurs bâtiments disposeront de larges espaces extérieurs et d’une végétalisation généreuse, conçue par A+R Paysagiste.

16 nov. - 10:30  →  11:00

Caen : Les Coteaux de l'Abbaye

Vue des Coteaux de l’Abbaye, projet de reconversion du site de l’ancien hôpital Clémenceau à Caen.

Image : Agence Laverne Paysagistes, Cobe Architectes–Urbanistes

Un nouveau quartier va prendre vie à la place de l’ancien hôpital Clemenceau de Caen. Le site d’une superficie de 7.76 ha va accueillir un projet de renouvellement urbain de 48 000m² SDP dont 650 logements, mêlant constructions neuves et réhabilitations patrimoniales, habitat, services, activités et tiers-lieux. Le parti retenu trouve son fondement dans le concept Cultiver, Habiter, Relier, trois verbes qui conjuguent à l’infini les conditions du développement durable et d’une renaturation du site au profit d’un nouveau rapport entre l’homme et la nature.

Deux ans après avoir été désigné par le CHU Normandie pour réaménager le site de l’ancien hôpital Clemenceau de Caen, le groupement d’opérateurs composé de la SHEMA, aménageur, d’Icade Promotion, Sotrim Promoteur, Pozzo Promotion et Flaviae démarre les travaux et lance la commercialisation de la première tranche du nouveau quartier Les Coteaux de l’Abbaye à Caen. 

Illustration des nouveaux montages opérationnels

Le développement de ce projet témoigne d’une nouvelle manière de faire la ville, plus négociée et s’appuyant sur des partenariats protéiformes entre le public et le privé. Le CHU Normandie, propriétaire du foncier, s’est associé à la Ville de Caen pour construire le cahier des charges urbain et mener la procédure de choix d’un groupement d’opérateurs porteur d’un projet d’ensemble. La sélection des candidats s’est inscrite dans un processus mené en plusieurs phases, s’articulant autour de la négociation avec la Ville de Caen pour la partie projet urbain et avec le CHU Normandie pour le montage opérationnel, juridique et financier.

Le groupement d’opérateurs a également fait le choix d’une forme originale. Il associe la SHEMA société d’économie mixte portant les valeurs de l’intérêt général et du territoire avec le savoir-faire d’un grand faiseur privé Icade et de trois promoteurs locaux reconnus, Sotrim promotion, Pozzo immobilier et Flaviae.

La maîtrise d’œuvre urbaine a été confiée à Agence Laverne Paysagistes (mandataire), Cobe Architectes – Urbanistes et Viamap BET VRD.

16 nov. - 10:30  →  11:00

Amiens : La Tisserie - Urbanisme transitoire, exemple de Mov’in Factory

Le Groupe REALITES, développeur territorial, pilote, avec l’agence d’architecture REICHEN&ROBERT, LA TISSERIE le projet de transformation d’une ancienne manufacture de velours à Amiens en futur quartier ouvert à tous, à la fois lieu de résidence, de travail, de promenade et de convivialité. LA TISSERIE est un projet d’ampleur qui s’effectuera en plusieurs phases de travaux d’aménagement et de construction. Les premiers logements et locaux d’activités seront disponibles à partir de l’année 2025. C’est pourquoi, afin de réactiver l’esprit des manufactures et permettre à tous les Amiénois de se réapproprier le site avant cette échéance, REALITES a lancé, en partenariat avec Ulule et des acteurs locaux, MOV’IN FACTORY, un appel à projets qui s’adresse à des entrepreneurs à la recherche de locaux inspirants pour développer ou créer leur activité. Une démarche d’urbanisme transitoire pour préfigurer dès 2022, ce que sera LA TISSERIE demain : un quartier animé et convivial, à la fois incubateur de projets positifs et vitrine des savoir-faire locaux.

16 nov. - 10:30  →  11:30

Le bois et les biosourcés au service des réalisations bas carbone

La Règlementation Environnementale 2020 (RE2020) entrera en vigueur au 1er janvier 2022.
A partir de cette date, la RE2020 incitera les maitres d’ouvrage à des modes constructifs peu émetteurs de gaz à effet de serre ou permettant d’en stocker ; tels que le recours aux matériaux biosourcés.
Dans ce nouveau contexte et ces nouvelles exigences, la construction bois devient une réponse de choix au service des maitres d’ouvrage.

16 nov. - 10:30  →  11:00

Atelier Petites villes de demain

Révéler le potentiel des petites villes pour des territoires de cohésion au cœur de la relance.

Petites villes de demain est un programme partenarial piloté par l'Agence nationale de la cohésion des territoires. Il s'adresse aux collectivités de moins de 20 000 habitants faisant fonction de centralité. Ce programme vise à renforcer les moyens des élus pour définir et mener à bien leur projet de revitalisation, pour des petites villes et territoires alentours dynamiques, fortes de leur qualité de vie et engagées dans la transition écologique. Ce programme est une boite à outils qui mobilise de nombreux partenaires aux côtés de l'Etat. L'accompagnement des collectivités est réalisé au plus près par les préfets de département et leurs services, dans une logique de cousu-main.

16 nov. - 11:00  →  11:30

La Riche : Zac du Plessis botanique

La Ville de La Riche est engagée depuis une vingtaine d’années dans un processus de recomposition profond, alternant des interventions lourdes sur son quartier d’habitat social et des opérations d’aménagement en ZAC qui ont renforcé significativement l’offre en logements, en services et en équipements à destination d’une population en forte croissance.
Aujourd’hui, il s’agit pour la Municipalité et la Métropole de compléter ces actions pour leur donner cohérence et visibilité par une articulation soignée avec le tissu existant. Simultanément, la Ville et la Métropole ont souhaité anticiper leur développement démographique, dans une agglomération où les besoins en logements restent forts.
 
A l’issu d’un appel à projet mené par la Ville de la Riche, le projet porté par Icade via sa filiale d’aménagement « Synergies Urbaines » a été désigné lauréat en 2007. La Ville de la Riche et la SNC du Plessis Botanique créée par Icade pour le pilotage de l’opération ont signé en 2018 un traité de concession d’Aménagement. Le projet a été désigné d’intérêt métropolitain au mois de décembre 2020, faisant de la ZAC le premier projet d’aménagement de la Métropole.
 
Situé sur socle fertile entre la Loire et le Cher, le secteur d’intervention concerné représente une quinzaine d’hectares, traversant la commune de la Riche du Nord au Sud. Le projet d’aménagement de la ZAC s’inscrit délibérément en rupture avec l’urbanisation spontanée récente de La Riche et en continuité avec un tissu urbain ouvert. Il s’agit de créer un quartier jardiné permettant de recomposer cette ville « puzzle » et d’assoir une nouvelle identité forte et révélatrice pour la Ville, tout en renouant avec son histoire maraichère.
 
L’intervention sur l’espace public est ainsi la clé d’entrée du projet et s’articule autour de trois principes majeurs :
 
. La hiérarchisation des espaces publics autour de la trame viaire existante : les rues historiques constituent d’ores et déjà un réseau structurant pour l’accès véhicule et la lisibilité du quartier. Le projet qui se verra traverser par la future ligne de tram ne créera aucune nouvelle rue pour les véhicules, mais se limitera à la création d’un maillage secondaire dédiée aux modes doux et favorisant le partage apaisé de la voie.
. La mise en lumière des aménités et polarités existantes par la création d’un enchainement de pièces vertes. De longues lanières maraichères nord sud ménageront des respirations entre le tissu bâti et créeront un réseau de continuités douces de la Loire au Cher. Elles garantissent des vues et perspectives sur le grand paysage et permettent le renforcement des milieux et de la biodiversité. Certaines de ces lanières maraichères seront mises à disposition des habitants et dédiées au jardinage.
. La création de la première avenue métropolitaine sans voiture : l’axe majeur traversant le quartier sera dédié à la ligne de tram ainsi qu’une voie vélo et piéton de part et d’autre. Ce corridor reliant le quartier au centre-Ville de la Riche et à la Ville de Tours sera largement planté et offrira les qualité d’un parc linéaire.

16 nov. - 11:00  →  11:25

L'Haÿ-les-Roses - ZAC Entrée de Ville - Paul Hochart

Eiffage, au travers de sa filiale Eiffage Aménagement, a été désigné lauréat de cette concession d’aménagement portant sur la réalisation d’un programme mixte de 65 000 m² par la ville de L’Haÿ-les-Roses et l’Etablissement Public Territorial Grand Orly Seine Bièvre.
Sur un site d’environ 3 hectares, proche de la RN 7 et de la future ligne 14 sud, le projet va permettre de renouveler l’offre de logements et créer une offre commerciale et de service autour d’une place publique. Il prévoit environ 900 logements, dont 225 logements sociaux, 1 800 m² de commerces et services, ainsi qu’un nouveau groupe scolaire de 25 classes intégrant un équipement sportif, et un parking public d’une centaine de places.

16 nov. - 11:00  →  11:30

Aubergenville : Les Jardins de la Halle

Le site s’inscrit dans un projet plus large de réaménagement du quartier de la gare, il se compose d’un tissu hétérogène de bâtiments d’activités, de pavillons et de friches industrielles. Notre projet est la première pièce de ce réaménagement à moyen et long terme. Il s’appuie sur une trame viaire nord-sud existante à améliorer, reliant le bourg historique, le quartier de la gare et Elisabethville et sur une trame viaire est-ouest à créer pour lier les quartiers d’habitation de part et d’autre de l’avenue Charles de Gaulle. Ce morceau de ville est au cœur de la requalification du quartier de la gare.

Le programme est celui d’un quartier dans toutes ses composantes ; un ancrage historique avec la halle d’Aubergenville, des espaces publics généreux avec une place, des voies publiques, des cheminements semi-publics, des commerces, des ateliers, des logements variés, des jardins, une résidence pour personnes âgées.

16 nov. - 11:00  →  11:30

Saint-Brieuc : transformation du quartier Les Villes Dorées

Situé sur le site d’une ancienne polyclinique, le futur quartier Les Villes Dorées à St Brieuc proposera un nouveau cadre de vie agréable et apaisé. Le Groupe REALITES, avec l’agence d’urbanisme IN SITU Architecture Culture(s) et Ville, pilote ce projet ambitieux qui viendra redonner une seconde vie à un fragment de ville abandonné depuis 2015 avec ses commerces, ses espaces de travail, une résidence services seniors, une résidence étudiante, des logements et un pôle de santé. Ce projet s’inscrit dans la nouvelle dynamique des villes moyennes qui se mobilisent pour dynamiser leur territoire, trop souvent délaissés au profit des grands centres urbains.

16 nov. - 11:00  →  11:30

Paris 12e : Immeuble Messager (B1)

©Franklin Azzi Architecture

Messager (anciennement B1) est le premier lot de bureaux d’environ 10 660 m² SDP situé au cœur du projet urbain Les Messageries (Gare de Lyon - Daumesnil, Paris 12e), aménagé par Espaces Ferroviaires qui assure également le développement immobilier de cet immeuble.

Ce 1er bâtiment de bureaux bas carbone des Messageries, dont la maîtrise d’œuvre est notamment composée des agences d’architecture Franklin Azzi Architecture et Hame, se distingue par de grandes qualités environnementales, visant les plus hautes labellisations (E+C-, BREEAM et HQE niveau Excellent, BiodiverCity, R2S), mais aussi par une conception offrant confort et flexibilité. Son architecture créera un lien fort avec le quartier, notamment grâce à des façades en transparence et un cœur d’îlot arboré. Cet immeuble a également été pensé pour être totalement réversible en logements.
Enfin, il s’inscrit dans un dialogue entre le paysage patrimonial et le paysage du futur quartier. Immeuble mutualisé, flexible et adaptable, il répond aux enjeux de la ville évolutive. Ce projet devient un lieu de vie et de destination, notamment en s’ouvrant sur le nouveau quartier et en créant l’appel vers le futur parc.

16 nov. - 11:30  →  12:00

Requalification du front de mer à Calais : Ville ludique et sportive

Calais a la particularité d'être à la fin des grandes plages du nord ludiques et au début des plages plus naturelles avec des déambulations.  
L'enjeu a été de mixer ces deux identités pour renforcer l’attractivité du territoire. Ce projet sur-mesure s’articule autour de 4 façons de vivre le front de mer et de programmer l’espace public : bouger, contempler, jouer, et découvrir.
Promenade sur la digue; parc dunaire;  pôles d'intensité programmatique liés aux jeux, à la pratique de sports urbains, mais aussi à des lieux polyvalents et multi-saisons;
font de ces espaces publics un lieu de destination où les populations et les usages s’entremêlent
Comment allier maîtrise d'usage et mise en scène avec une grande déambulation pour faire de Calais une ville ludique et sportive au quotidien et en toute saison ?
Comment inciter les usagers à bouger ? Base et Pro Urba vous proposent un échange autour du design actif, outil majeur des aménagements urbains afin de lutter contre la sédentarité.

16 nov. - 11:30  →  12:30

Colombes : charte aménagement et construction durables

La refonte de la charte promoteur de la Ville de Colombes vise à partager une vision commune entre les divers partenaires engagés dans le secteur de la construction sur la nécessaire adaptation de nos villes aux défis climatiques et environnementaux. La ville affirme une ambition nouvelle en faveur d’un développement maîtrisé, responsable et durable. La préservation de nos ressources naturelles, la maîtrise des dépenses énergétiques, la lutte contre le dérèglement climatique ou encore la sécurité sanitaire appellent des réponses innovantes qui concernent, au premier chef, le secteur de l’aménagement et de l’habitat. A ses côtés, le groupe Verrecchia, entreprise familiale et indépendante depuis 1990 est l'expert incontournable de la construction de logements neufs en pierre de taille. Pionnier et visionnaire, le groupe perpétue la tradition de ce matériau géo-sourcé, d’un intérêt plus que jamais déterminant à l’ère de la transition écologique dans l’immobilier résidentiel. Avec une architecture tout en courbe « Le Monterosso » à Colombes est composé de plus de 65% de façade en pierre de taille massive porteuse. De plus, un appartement destiné à l’expérimentation sur l’utilisation de matériaux naturels, projet mené par la Façonnerie Verrecchia : isolant en béton de chanvre, toiture terrasse en paille, chappe en terre crue…

16 nov. - 11:30  →  12:00

Cesson-Sevigné : Projet RedWood

Nouveau quartier de ville comportant tous les éléments programmatiques d’un projet mixed-used tourné vers l’innovation, dont Legendre Immobilier entend faire une spécialité.

16 nov. - 11:30  →  11:55

Universeine

© Vinci Immobilier/Kreaction

 

situé à proximité immédiate de la Seine, de la Cité du Cinéma et du futur hub de Pleyel, VINCI Immobilier a imaginé et développé, en partenariat étroit avec La SolideoParis 2024, la Ville de Saint-Denis et Plaine Commune, Universeine, une opération d’aménagement et de requalification d’une ancienne friche industrielle de 6,4 hectares, avec pour ambition de créer un nouveau quartier de vie durable et de contribuer à la dynamisation du territoire de la Seine-Saint-Denis.

Intégré en grande partie dans le Village des Athlètes, Universeine accueillera près de 6 000 lits et environ 33 000 m² d’espaces de services et de travail durant les Jeux de Paris en 2024.

16 nov. - 11:30  →  12:30

Fabriquer la ville sur mesure : l’expérience du quartier République sur l’île de Nantes

Atelier de travail avec la Samoa, les concepteurs urbains AJOA-Schorter et les architectes de l’îlot A du nouveau quartier République. Nantes (Loire-Atlantique) 01/2020 © Vincent Jacques/Samoa

Le quartier République verra le jour dans les dix prochaines années sur l’île de Nantes, qui fait l’objet d’un vaste projet urbain piloté par la Samoa, depuis le début des année 2000.

Ce nouveau quartier, imaginé en connivence avec l’équipe de conception Ajoa-laq, a pour ambition de renouer avec l’esprit de faubourg en sortant des codes habituels (standardisation des villes, modèle du macrolot...). L’enjeu : construire une ville mixte et composite, qui accueille des usages quotidiens et métropolitains, tout en répondant aux grands défis de la transition écologique et sociale. Au total 4 000 nouveaux habitants, 4 000 actifs et 7 500 étudiants arriveront sur ce quartier, mixant de nombreux usages.

16 nov. - 11:30  →  12:00

Schiltigheim : Nouveau quartier fischer

© cabinet DVVD

Installée à Schiltigheim depuis 1854, la Brasserie Fischer s’est développée jusqu’à couvrir 3,5 hectares à proximité immédiate du centre-ville. À la suite de la cessation d’activité en 2009, le propriétaire a décidé de vendre le site et a procédé à un appel à projet en 2015 en collaboration avec la ville de Schiltigheim, 2eme ville de l’Eurométropole de Strasbourg. Cogedim a remporté ce concours en proposant un projet mixte urbain d’envergure, offrant un cadre de vie de qualité à ses résidents, tout en valorisant le patrimoine brassicole de ce site.

La diversité et la richesse de ce projet impactant les usagers et les habitants du quartier, il était nécessaire de mener une démarche de concertation publique qui a abouti à l’actuelle programmation. A sa livraison, prévue en 2023, le nouveau quartier Fischer comprendra 610 logements dont une résidence intergénérationnelle de 71 logements, 3987m² de commerces et services, 9 salles de cinéma, un groupe scolaire de 400 élèves et 811 places de stationnement en sous-sol.

Ce futur quartier sera particulièrement respectueux de l’environnement grâce à l’isolation extérieure, aux larges surfaces de baies vitrées, aux espaces extérieurs privatifs très généreux, à l’infiltration des eaux de pluie, au raccordement au réseau de chaleur urbain, à la lutte contre l’effet « Ilot de chaleur » avec 40% du foncier aménagé en espaces verts (dont les trois-quarts en pleine terre). Les mobilités douces ont été privilégiées avec plus de 7000 m² d’espaces piétonniers et pistes cyclables.

 

16 nov. - 12:00  →  12:30

Bry-sur-Marne : Les Terrasses de Bry

Par une étude fine de la composition des espaces dans ce lieu privilégié de Bry sur Marne, Atelier de Midi a voulu réussir la synthèse de l’urbanité et du végétal, de la diversité et de la confidentialité, de la modernité et de la douceur de vivre tout en assurant la liaison entre l’INA, les studios de Bry, le parc des sports des maisons rouges et la future gare du Grand Paris.

Le projet s’organise autour d’un cœur d’îlot traversé par une promenade paysagère piétonne, agrémentée d’espaces d’éveil, de jardins potagers et d’un verger, riches en biodiversité. Orienté vers la qualité de vie et les nouvelles manières d’habiter, il accueille des logements collectifs flexibles, soucieux de répondre au parcours résidentiel des habitants et comportant des espaces extérieurs généreux et qualitatifs ; balcons, terrasses, jardins sur le toit. Des commerces de proximité à rez de chaussée et une crèche en cœur d’îlot, répondant aux besoins du quartier, complètent le programme. Le stationnement implanté en sous-sol est accessible aux deux extrémités du quartier libérant ainsi tout le rez de chaussée pour les piétons et les jardins.

Fort d’une diversité architecturale faite de volumétries douces et découpées, intégrant des traitements différenciés, le projet urbain se développe autour de bâtiments à taille humaine respectant son environnement. Il présente une façade calme côté ville avec un rez de chaussée commercial et trois étages d’habitation et se poursuit par des petits bâtiments indépendants suivant la pente ondulée des anciens vergers.

16 nov. - 12:00  →  12:30

JO Paris 2024 : régulation des flux logistiques

Colas, via Mobility by Colas, intégrateur et opérateur de services numériques de mobilité, a signé un contrat cadre avec la Société de livraison des ouvrages olympiques (SOLIDEO). Le contrat comprend la mise en place, le déploiement et l’exploitation sur une durée minimale de 15 mois d’un service de régulation des flux logistiques du « dernier kilomètre », grâce à l’utilisation de la solution Qievo.

16 nov. - 14:00  →  14:30

Evry : Pôle de vie du Genopole, une nouvelle centralité à la Porte Sud du Grand Paris

Premier biocluster français, Genopole® accompagne les projets d’excellence en biotechnologies.

Situé à Evry-Courcouronnes, il offre un environnement propice aux chercheurs et aux entrepreneurs en sciences du vivant : 100 000 m2 de bâti sur un campus arboré et accessible par le RER, ainsi qu’une offre de foncier disponible pour accueillir des unités de bioproduction.

Le Pôle de Vie du Genopole répond aux attentes des actifs du territoire (10 000 salariés à 1 km autour) et constitue un atout pour son attractivité. Il représente, à terme, 38 000 m2 sdp.

Sur les 6 bâtiments du projet urbain, 2 sont actuellement construits (résidence étudiants/chercheurs et bureaux) et un 3ème bâtiment (hôtel) est en phase d’obtention du permis de construire.

Dans le socle de ces bâtiments, constitué par les étages rez-de-chaussée et R+1, sont logés :

  • Aujourd’hui : une offre de restauration collective (incluant cafétéria/coworking/lounge), une crèche inter-entreprises, un espace d’animation et de vie de site (dit L’Escale)

  • A l’horizon 2024 : un bar, un restaurant, un espace de fitness.

L’atelier proposera un retour d’expérience et exposera les opportunités pour de nouveaux programmes et utilisateurs.

 

16 nov. - 14:00  →  14:25

France Ville Durable : la sobriété, pilier de la ville durable

Visuel d'illustration / Écoquartier de l’Europe Saint Brieuc – © Hervé Guillaume

Concevoir la ville durable de 2050 ne peut pas se résumer au « verdissement » de la ville d’aujourd’hui, mais impose d’accepter de déconstruire un certain nombre de certitudes et de visions, en particulier sur le rôle de l’énergie et sa disponibilité dans les années et décennies à venir, et sur la notion même de « développement ».

Un « développement durable » reste, qu’on le veuille ou non, fondé physiquement sur l’utilisation de ressources qui sont limitées, il ne pourra donc pas croître à l’infini, de manière exponentielle, comme le propose l’économie classique et néoclassique depuis plus d’un siècle.

Le fameux « jour du dépassement », (où l’humanité a consommé plus de ressources que la terre ne peut en reconstituer en un an) illustre à la fois la non-durabilité de notre économie mondiale actuelle, et permet de préciser les responsabilités : fin décembre en 1970, 19 juillet en 2021 mais le 7 mai en France, en février au Qatar ou toujours fin décembre en Indonésie… Tous les pays ne portent pas la même responsabilité dans l’anthropocène, et l’impératif de sobriété devrait logiquement être beaucoup plus fort dans les pays de l’OCDE.

 

16 nov. - 14:00  →  14:30

Projet Lyon Part-Dieu : nouvelles perspectives (2021-2029)

Depuis le début du mandat 2020-2026, le projet Lyon Part-Dieu est placé au cœur des actions engagées par la Métropole et la Ville de Lyon avec l’objectif de répondre aux grands enjeux de transition écologique et sociale. La feuille de route s’attache au développement de nouveaux usages, de nouvelles mobilités, d’un nouveau cadre de vie et d’habitat. L’ambition de ce projet est de créer, à l’horizon 2029, une nouvelle manière de vivre la ville : plus résiliente et inclusive, en redonnant une place centrale à la nature, aux mobilités actives et décarbonées. Pour y parvenir, la Métropole et la Ville de Lyon, accompagnées par la SPL Lyon Part-Dieu, fixent de nouvelles orientations à ce projet urbain emblématique à travers notamment la dédensification de la programmation immobilière de la ZAC Part-Dieu Ouest (- 100 000 m2 au global en abandonnant les immeubles de grande hauteur) en rééquilibrant la part bureaux/logements dans les surfaces restant à construire. Ces changements profonds permettront le rééquilibrage de ce quartier sur les 10 prochaines années.

16 nov. - 14:00  →  14:25

Engagés pour la qualité du logement de demain

Visuel © Pierre l'Excellent

Porté conjointement par la ministre de la Culture et la ministre chargée du Logement, ce programme vise à développer un ensemble d'actions qui contribuent à expérimenter par le projet des solutions à coûts maîtrisés, permettant de concilier dans le logement une plus grande qualité de vie avec les impératifs de sobriété écologique et de qualité architecturale, urbaine et patrimoniale.
La crise sanitaire a révélé les attentes des Français pour un logement de qualité. Au-delà des objectifs essentiels de production de logements abordables, dans les territoires où l'offre fait défaut, il est indispensable de concevoir des logements de qualité, d'un point de vue esthétique, environnemental, mais aussi des usages, c'est-à-dire des logements adaptés aux modes de vie des habitants et leur offrant un meilleur cadre de vie. À ce titre, les architectes ont un rôle décisif à jouer. De nouvelles formes doivent être inventées, et de nouvelles manières de produire le logement doivent être expérimentées, intégrant mieux la collectivité et les usagers.
Pour y parvenir, la ministre de la Culture et la ministre chargée du Logement lancent une nouvelle alliance, à travers un appel à manifestation d’intérêt national en vue d’expérimenter et d’inventer les formes de production et de conception du logement de demain.

16 nov. - 14:30  →  15:00

Empreintes, Le village des athlètes à L’Ile-Saint-Denis : un projet réversible, mixte et vertueux

Visuel « Village des Athlètes – ZAC de L’Ecoquartier Fluvial de L’Ile-Saint-Denis – Groupement PICHET/LEGENDRE » © Metrochrome

La Zac de l’Ecoquartier fluvial de L’Ile-Saint-Denis, dont la première phase est en voie d’achèvement, accueillera, une partie du Village des Athlètes le temps des futurs Jeux de 2024 et deviendra dans sa « Phase Héritage », un quartier proposant une mixité fonctionnelle et d’usages importantes. Le programme porté par le groupement de promoteurs Pichet/Legendre porte sur une surface plancher de près de 48 000 m² répartis sur 3 îlots : 325 logements, des bureaux, un hôtel, une résidence étudiante, une cité des arts vivants et un pôle nautique, mais aussi des commerces et divers services.

Cet écoquartier a été pensé par la Ville et Plaine Commune pour être 100% piéton et prévoit d’être particulièrement vertueux dans sa conception et son exploitation : énergies renouvelables, biodiversité, architecture bois, etc.

Une co-promotion Groupe Pichet et Legendre Immobilier

16 nov. - 14:30  →  15:00

Atelier Sciences Po - Le projet d’aménagement en territoire périurbain : rôle du concepteur, enjeux écologiques et participatifs

Comment se structure l’ambition des projets d’aménagement en territoire périurbain ? Dans quelle mesure le concepteur, dont le rôle est bousculé par la présence de nouveaux intervenants, peut-il contribuer dans le jeu d’acteur à l’organisation de la réussite opérationnelle des projets ? Peut-on concilier faisabilité économique, sociale et écologique pour des opérations d’aménagement plus vertueuses, plus mixtes et plus encadrées, en milieu périurbain détendu ? A partir du regard croisé de l’aménageur public et de l’architecte, l’atelier organisé par l’Executive master Gouvernance territoriale et Développement urbain de Sciences Po propose, centre l'attention sur des initiatives visant à organiser la réussite opérationnelle des projets d’aménagement.

- « Le projet d’aménagement en territoire périurbain : pilotage opérationnel de l’ambition de projet et place du concepteur » (mémoire Avril 2021), Audrey Aldebert, architecte associée, Aldebert Verdier Architectes (AVA), diplômée de l’Executive master Gouvernance territoriale et développement urbain de Sciences Po.

- « L’aménagement écologique et participatif en secteur périurbain détendu » (2019-2020), réalisé par Pauline Boos , Margaux Cazals, Marc Olphe-Galliard et Tanya Sam Ming, étudiants au Cycle d’urbanisme de l’Ecole urbaine de Sciences Po sur une commande initiale d’Aquitanis, l’Office public de l’habitat de Bordeaux Métropole, et avec le soutien de Nicolas Rougé, leur tuteur, directeur de Une autre ville.

16 nov. - 14:30  →  15:00

Toulouse : Quartier Guillaumet

Le projet de renouvellement urbain du Quartier Guillaumet, dont Altarea est co-aménageur avec Crédit Agricole Immobilier, est situé à Toulouse sur une ancienne friche militaire industrielle de 13 ha, occupée par le passé par le Centre d’Essais Aéronautiques de Toulouse. A sa livraison, prévue en 2025, ce nouveau quartier mixte de plus de 100 000 m² accueillera des logements, des commerces, des bureaux, une crèche, de nombreux équipements sportifs ainsi que deux tiers lieux.

Le futur Quartier Guillaumet a été conçu dans le cadre d’une ambitieuse démarche de concertation, dont la1ère phase a été engagée en 2016 par Toulouse Métropole et poursuivie en 2018. Cette démarche de concertation a permis de faire évoluer le projet, avec notamment l’intégration d’un habitat intergénérationnel et inclusif et d’un habitat participatif. Elle a également permis de co-concevoir l’ensemble des espaces publics. Les échanges avec les riverains et les associations des quartiers avoisinants, la collectivité permettent d’adapter et d’enrichir le projet en continu.

À l'occasion de la journée « Habiter la France de demain » qui s’est tenue le 9 février dernier, le projet du Quartier Guillaumet à Toulouse a reçu la labellisation ÉcoQuartier 2020 étape 2, de la part d’Emmanuelle Wargon, ministre déléguée auprès de la ministre de la Transition écologique, chargée du Logement.

 

16 nov. - 14:30  →  15:30

Poissy : Rouget de Lisle Opération de transformation d’un site industriel

La Ville de Poissy a engagé un processus de reconquête de friches industrielles et ferroviaires, idéalement situées à proximité du centre-ville et de la gare SNCF, portée par la dynamique de plusieurs grands projets d’infrastructure : RER EOLE en 2024, Tram 13 Express en 2026…
 
A l’horizon 2035, le quartier-jardin mixte de 10,8 hectares accueillera 2 000 logements dont 70% de logements en accession, 23% de logements sociaux dont 7% de BRS, 7% de logements locatifs intermédiaires, une résidence étudiante, 5 580m² d’équipement public, 10 700m² de bureaux, commerces et services. Cette vaste restructuration est organisée autour d’un grand parc paysager destiné à tisser le lien entre le centre-ville et les quartiers environnants.
 
L’EcoQuartier Rouget-de-Lisle est porté par la ville de Poissy, la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise (GPS&O), l’aménageur CITALLOS et l’Etablissement public foncier d’Ile-de-France (EPFIF)
 
Ecoquartier labélisé Etape 2 en décembre 2019, la Ville de Poissy a souhaité créer un cadre de vie exemplaire et qualitatif pour les nouveaux habitants en plaçant les mobilités douces, la gestion de l’eau et des déchets, la sobriété énergétique, le réemploi des terres et la valorisation des ressources locales au cœur du projet.

16 nov. - 15:00  →  15:30

Transformer, reconvertir, recycler les autoroutes urbaines : un projet pour le futur des métropoles

Seoul Cheonggyecheon Après © Paul Lecroart-Institut Paris Region

Héritées d’une époque où il fallait, coûte que coûte, aménager la ville pour l’automobile, les autoroutes et voies rapides urbaines sont aujourd’hui perçues comme des sources de nuisances : bruit, pollution, congestion, coupure, enclavement et dévalorisation des quartiers. Avec leurs échangeurs et délaissés, ces infrastructures stérilisent des espaces urbains précieux dont les métropoles ont besoin pour assurer leur développement sans artificialiser les sols naturels.

Depuis vingt ans, un mouvement mondial se dessine autour de projets urbains de reconversion d’infrastructures routières. Depuis 2010, dans le cadre du programme Avenues métropolitaines, je travaille sur ces stratégies au travers d’études de cas (Séoul, New York, Vancouver, etc.), de synthèses2 et de publications. Ces réflexions contribuent aux débats sur le futur des autoroutes du Grand Paris et du Périphérique.

Depuis le début 2020, au sein du groupe d’experts From Roads to Streets de METREX, l’association des métropoles européennes, une vingtaine de villes partenaires (Oslo, Helsinki, Lyon, Bruxelles, Göteborg, Birmingham, etc.) réfléchissent ensemble aux moyens de réinventer cet héritage du XXe dans la perspective d’un développement plus soutenable, moins dépendant de l’automobile. Les exemples évoqués ci-dessous sont issus de ces travaux, dont certains sont accessibles sur le site de l’Institut Paris Region.

 

16 nov. - 15:00  →  15:30

Bâtiment Orion, répondre aux enjeux climatiques de demain en respectant un patrimoine d’exception

Le bâtiment Orion, patrimoine du Front de Seine Beaugrenelle à Paris, mai 2021, ©Franck Badaire

Posé sur la dalle du Front de Seine dans le 15e arrondissement de Paris, le bâtiment Orion  va connaître d’importants travaux de réhabilitation. L’ambition affirmée de PariSeine est de conjuguer la préservation de l’écriture architecturale du bâtiment et l’excellence environnementale.
L’équipe de maîtrise d’œuvre &Givry doit faire preuve d’ingéniosité pour permettre une refonte technique d’envergure. Avec 3 certifications et labels visés, l’enjeu sera aussi de respecter cette architecture soignée aux détails travaillés.

16 nov. - 15:00  →  15:30

Rennes - la Courrouze, les halles en commun

(candidature appel à projets PIA en cours dans l'action "Démonstrateurs de la ville durable")
Au nord du quartier de la Courrouze, le projet s'étend sur quatre hectares de friche industrielle, constitué de quatre grandes halles, témoins de l'architecture industrielle du début du 20ème siècle.
L'ambition est d'y développer un site d'expérimentation et d'innovation comme démonstrateur de la ville de demain, ayant valeur d’exemple tant pour les « objets » à produire (sobriété environnementale ) que pour le processus de production (urbanisme transitoire et fédération d'acteurs de l'économie sociale et solidaire, de l'enseignement supérieur, de la culture).

16 nov. - 15:30  →  16:00

Grand Paris Vers de nouvelles centralités, volet 3 Nouveaux Horizons

La région parisienne attend avec impatience l’arrivée du Grand Paris Express ! La réalisation de cet équipement va, selon Colliers, fortement impacter l’organisation générale du territoire. Dans le prolongement des deux premiers volets de cette étude, le Groupe a poursuivi ssa réflexion en étudiant dans ce 3e volet les marqueurs de la qualité de vie.  
Colliers France accompagne les entreprises, propriétaires et investisseurs dans la définition et la mise en œuvre de leur stratégie immobilière via trois grands métiers et expertises : le conseil, la gestion de projets et la transaction. Le département Etudes & Recherche est dédié à l’observation des marchés immobiliers, des tendances par secteur d’activité et des dynamiques territoriales.

16 nov. - 15:30  →  16:00

Rennes - Hôtel-Dieu, plus qu'un lieu, un lien

Depuis 2019 et jusqu'en 2023, un espace éphémère permet de tester des usages sur le site patrimonial de l'Hôtel Dieu et d'ouvrir ce lieu aux habitants. Cette parenthèse s'est ouverte dès la phase de conception du projet et continue pendant les premiers chantiers.

16 nov. - 15:30  →  15:55

Versailles : Réalisation d’un bâtiment mixte stationnement / restauration d’entreprise au sein de la Zac de Satory Ouest

Stratégie de stationnement à l’échelle de la Zac Satory Ouest

Le projet de la Zac Satory Ouest est fondé sur l’idée directrice de créer un quartier ville-nature, actif et à la pointe des mobilités innovantes. Partant de la considération qu’un quartier ville-nature et bas carbone ne peut avoir une forte présence de voitures stationnées dans les espaces paysagers, publics comme privés, et qu’il a été démontré qu’une place pour chaque usager au sein de sa parcelle est un frein à l’évolution des usages, il a été acté le principe d’une mutualisation et d’un foisonnement de l’ensemble des besoins de stationnement des programmes au sein de parkings en superstructure. Le projet prévoit, en effet, la construction de parkings en entrée de quartier qui rassemblent les besoins de plusieurs projets immobiliers proches en jouant de leur complémentarité et de la non-utilisation permanente des places pour limiter l’offre associée à chaque projet.

L'EPA évoquera également le projet "parking silo réversible et résidence étudiante sociale au sein de la ZAC de Moulon à Orsay". Un projet qui prévoit la construction de 170 places de parking silo et d’une résidence étudiante sociale de 135 lits.

16 nov. - 15:30  →  15:55

Plaine Commune Développement : actions en matière de métabolisme urbain mises en œuvre

Présentation des actions en matière de métabolisme urbain mises en œuvre par la SEM/SPL Plaine Commune Développement sur les opérations d’aménagement

Partie prenante de la démarche de métabolisme urbain lancée par Plaine Commune, Plaine Commune Développement fait partie des trois premières entreprises signataires en 2019 de la charte économie circulaire. La SEM et la SPL confirment ainsi leur engagement à réemployer, réutiliser et recycler au maximum les matériaux issus des chantiers de démolition de leurs opérations d'aménagement. Expérimentée depuis 2013 par la SEM dans le cadre de la déconstruction des entrepôts du Printemps au sein de la ZAC de l'écoquartier fluvial de L’Île-Saint-Denis, où une démarche de tri et remploi des matériaux a été mise en place, la démarche se poursuit sur les sites pilotes de la ZAC du quartier de la Mairie à La Courneuve et les ZAC Pleyel, Landy/Pleyel et Sud Confluence à Saint-Denis.

16 nov. - 16:00  →  16:25

Droit à la lumière ou droit à la nuit ? L’urbanisme lumière bousculé par les enjeux environnementaux et sociétaux

Visuel d'illustration

Les Schémas Directeurs d’Aménagement Lumière (SDAL) et les Plans Lumière guident depuis une vingtaine d’année les actions de déploiement et de renouvellement des ambiances nocturnes.
Depuis 15ans, des concepteurs lumière intègrent à leurs projets des démarches de concertation, de marches nocturnes, d’expérimentation collaborative pour trouver les réponses les plus appropriées dans les contextes nocturnes les plus tendus par l’insécurité.
Depuis 10ans, les Trames Noires enrichissent ces approches stratégiques d’un volet de prise en compte environnementale couvrant un spectre assez large : qualité du sommeil des riverains, préservation de la faune et de la flore nocturnes, réduction de la pollution lumineuse.
En 2018, l’arrêté sur les nuisances lumineuses enclenche une prise de conscience médiatisée de l’indécence de l’éclairage surabondant, dont nous entendons parler chaque semaine….
 
Le nouveau droit à la pénombre percute l’ancien droit à la lumière ! Les citoyens interpellent massivement les élus car il y a trop ET car il n’y a pas assez de lumière. Smart-lighting ou low-tech ?
Les équipes de conception lumière s’étoffent, les compétences doivent évoluer à toute vitesse, la pensée devient de plus en plus complexe dans des temps plus cours (l’urgence climatique n’attend pas) : nous proposons un tour d’horizons sans filtre de récents cas de frictions, et des nouvelles méthodes de terrains pour les résoudre.

16 nov. - 16:00  →  16:30

Masterplan d’aménagement de l’oasis d’AlUla en Arabie Saoudite

L'agence Française pour le développement d'AlUla (Afalula) a pour mission d'accompagner son partenaire saoudien, la Commission Royale pour AlUla (RCU), dans la transformation de la région d'AlUla en une destination culturelle et touristique mondiale. Le projet a notamment pour vocation de mobiliser l'ensemble des savoir-faire français et d'accompagner, dans un esprit de co-construction. L'Agence rassemble parmi les meilleurs experts mondiaux dans tous les domaines-clés du projet : muséographie, archéologie, architecture et urbanisme, agriculture et botanique, tourisme, éducation, sécurité ou encore gestion de l'eau et de l'environnement. Etienne Tricaud (fondateur d'AREP), missionné à la tête du pôle d'expertise "Architecture & développement" d’Afalula présentera les lignes directrices du plan d’aménagement de l’oasis.

16 nov. - 16:00  →  16:30

La ville biomimétique

Les villes couvrent 3% de la planète et hébergeront en 2050, 70% des populations. Principales émettrices des gaz à effet de serre, elles sont les principales responsables du changement climatique, mais en sont aussi les principales victimes. Avec des effets directs - Ilots de Chaleur Urbain, pollution, catastrophes naturelles -, et des effets indirects – pandémies, mouvements citoyens – dont les conséquences sont lourdes en matière de santé publique et sur le plan économique.

Les villes n’ont pas été conçues de manière à avoir la capacité de s’adapter au changement climatique, alors qu’il y en a toujours eu. La nature, elle, sait le faire. On le voit en ce moment par exemple chez certains escargots européens dont la couleur a muté du brun au jaune pour s’adapter à la chaleur, ou chez l’écureuil roux qui a modifié son calendrier de reproduction à cause des températures printanières plus élevées. D’autres oiseaux en villes ont changé le niveau sonore de leur cri pour s’adapter au bruit…

Pourquoi donc ne pas réfléchir autrement en concevant des villes à l’image de la nature ? Pourquoi ne pas aller plus loin que de réintégrer de la nature au sein de la ville, en faisant en sorte que ce soit la ville elle-même qui se réintègre aux grands cycles de la nature ? Comment réconcilier l’Homo Sapiens urbain avec son environnement pour favoriser l’épanouissement et la santé de tous, suivant la démarche One Health prônée par l’OMS ; démarche qui fait par ailleurs partie intégrante du 4ème Plan National Santé Environnement (PNSE 4), lancé début mai 2021 par le Ministère de la Transition Écologique et celui des Solidarités et de la Santé. 

Depuis plusieurs années, l’agence Bechu & Associés développe l’approche biomimétique, et plus largement bio-inspirée, au travers de projet et d’enjeux divers auxquels répondre pour accompagner le défi climatique. L’équipe travaille par ailleurs avec le CEEBIOS pour tisser avec le monde scientifique des liens essentiels à ce levier d’innovation, et favoriser l’approche auprès du monde de l’immobilier, qui n’a jamais eu autant besoin de la nature pour se réinventer.

Selon les propos d’Emmanuel Macron lors des Assises de la Mer à Nice en septembre 2021, « le biomimétisme est sans doute le continent caché de l’innovation ».

16 nov. - 16:00  →  16:30

Réparons la ville !

Nos villes et la façon dont nous les fabriquons et les organisons sont les grandes oubliées du débat politique, qui se réduit trop souvent à des réponses simplistes à des questions mal posées. Pourtant la ville fonde nos relations humaines, sa construction est donc éminemment culturelle et sensible. La fabrique de la ville est encore focalisée sur les grandes opérations, l’étalement et la construction neuve. Pourtant, 80% de la ville de 2050 est déjà là, il est donc temps de réorienter nos actions vers la transformation de l’existant, pour être à l’heure aux rendez-vous que nous fixent les trois crises du siècle en réparant le ville.

16 nov. - 16:00  →  16:30

Transformer le pavillonnaire : un enjeu pour une ville plus solidaire et partagée

Visuel d'illustration.

Alors que les villes n’ont jamais été aussi étendues et que les quartiers pavillonnaires représentent la majorité des espaces urbanisés en France, et si la ville durable consistait avant tout à réhabiliter, optimiser et développer ce qui existe déjà ?  Pour de nombreuses raisons, de plus en plus de propriétaires se posent la question de l’avenir de leur patrimoine et cherchent à bénéficier des avantages de son développement. Le départ des enfants, la préparation de la retraite, le besoin de nouveaux revenus et d’abaisser ses charges, l’anticipation de la succession, la valorisation de son patrimoine… sont autant de facteurs qui jouent en faveur d’une nouvelle façon de fabriquer le logement et plus largement, les villes de demain.